Historique

LA MAISON GILBERT LUXEMBOURG


Force est de constater qu'au sein des différentes familles qui se sont succédées pour constituer la famille Gilbert d'aujourd'hui, tous sont issus de métiers de forgerons : taillandiers, ferronniers ou serruriers ! Voici résumé l'épopée de notre maison.

Immigré à Luxembourg, le jeune Pierre Gilbert né en 1805 à Gruningen (Hesse) se marie en 1826 avec la veuve de son patron Pierre Welter, forgeron et installé rue des Bains. Son épouse décèdera quelque temps seulement après leur union.

Il se remariera avec Catherine Wunsch, originaire de Dudelange. La famille Gilbert-Wunsch habitait au 20, rue des Bains où Pierre avait installé sa forge. De cette union sont nés huit enfants, dont nous retenons pour nos besoins Mathias, né le 17/4/1836 à Luxembourg. Mathias et son frère Henri aideront leur père et apprendront le métier de serruriers- forgerons.

La grande clef visible au magasin à Ehlerange était pour ainsi dire la pièce de maîtrise de Mathias. La tête de cheval, également exposée dans le magasin, était importée et représentait l'emblème de leur enseigne. En ce temps, les ferronniers utilisaient beaucoup de pièces en fonte pour les incorporer dans leurs œuvres. La clôture du monument de Guillaume II au " Knuedler " a notamment été exécutée dans les ateliers de Pierre Gilbert.

Originaire de Mersch, le maréchal-ferrant Pierre Neuberg vient s'installer au 2 de la Grand'rue act.81 avec un atelier de taillanderie et un magasin de quincaillerie. Les deux Pierre deviendront de très grands amis et envisageaient de marier leurs enfants respectifs : Marie Neuberg et Mathias Gilbert. Née à Luxembourg le 5/3/1839 de religion catholique et très pratiquante, Marie ne consentait pas au départ à s'unir à Mathias dont la famille était Luthérienne. L'union a finalement été célébrée en 1861 et a été très harmonieuse et heureuse.

Ainsi, le ménage Gilbert-Neuberg habitait la rue de l'Arsenal avec leurs sept enfants. Pierre est né en 1862, Catherine en 1872, Fanny est née en 1874, Paul est né en 1877 et Jules en 1879.

La Ville de Luxembourg loue en 1868 les anciennes casernes du Piquet à de tierces personnes. Le N°15, côté Aldringer, était loué en partie à Mathias Gilbert pour l'installation de sa forge.

Mathias et Marie Gilbert-Neuberg désiraient créer leur propre commerce, afin d'assurer un avenir à leur fils Pierre. A ces fins ils avaient racheté lors de la succession de Pierre Neuberg la maison 5, rue Aldringen louée à cette date par Nicolas Neuberg, le frère de Marie Gilbert, qui y exploitait son dépôt de fer. Marie avait comme jeune fille travaillé avec enthousiasme au magasin paternel et espérait pouvoir seconder son mari. Hélas, Mathias Gilbert décéda inopinément en 1890 à l'âge de 54 ans et ainsi Marie avait commencé la même année le commerce avec son fils Pierre, Paul et Jules étant encore étudiants à ce moment. En 1890 le nouveau magasin Gilbert fut installé au 11, rue de l'Arsenal, actuellement 87, Grand'rue et le dépôt de fer Gilbert dans l'immeuble 5, rue Aldringen, et ceci après le transfert du dépôt de Nicolas Neuberg à la Place du Théâtre.

Paul Gilbert s'est inscrit à l'Université de Liège vers 1896 et y est resté après ses études où il travaillait dans les Usines des Tuberies de la Meuse. Jules entre tout jeune au magasin paternel aux côtés de son frère aîné Pierre et de sa mère. Vers 1914, Pierre a été paralysé et a dû se retirer des affaires. Paul est alors revenu à Luxembourg à cause de la guerre et a ainsi pu remplacer son frère Pierre. Malheureusement leur sœur Cathérine perdra son époux Joseph Klees en 1911, qui l'avait laissée sans ressources avec ses sept enfants. Le ménage Klees est alors revenu habiter la maison familiale et les trois frères se voyaient moralement obligés de remplacer le père décédé trop jeune.

C'est pour cette raison que Pierre Gilbert s'est opposé au mariage de ses frères. Quand Jules et Paul se décident finalement à se marier, Pierre fait à l'insu de tous un testament par lequel il lègue à ses deux frères son commerce, avec toutefois comme restriction formelle, que lors du décès de l'un ou de l'autre des ses frères, la part respective reviendrait d'office à Paul et Victor Klees. Jules décèdera en 1925 et Paul en 1939. Ainsi, tout le commerce revenait aux deux fils de Cathérine Klees-Gilbert. Après le décès de leur mère en 1947, Paul et Victor Klees sont devenus seuls propriétaires des immeubles.

En 1957, ils sont devenus propriétaires de la partie 9, rue Beck. Et en 1958, l'ensemble des anciens bâtiments sur Grand'rue avec arrières bâtiments du 7 et 9, ont été démoli et remplacés par les constructions actuelles. En 1971 Victor Klees construit sur un terrain acquis après la guerre, un nouveau dépôt de fer, situé 17 route de Thionville à Bonnevoie. L'immeuble 5, rue Aldringen a été vendu en 1972.

Juste avant sa mort en 1985 il acquit encore les immeubles Penning-Maroldt juxtaposés au dépôt de fer, se trouvant 50-60, Dernier Sol à Bonnevoie. Il appartenait alors à son fils Pierre Klees d'y effectuer des transformations importantes pour présenter en 1987 un magasin moderne regroupant sur plusieurs étages les départements ferrements, outillage et jardinage donnant ainsi satisfaction aussi bien à la clientèle privée qu'à la clientèle professionnelle.

L'évolution rapide des dernières années, notamment dans le département Fers & Métaux, ainsi que la volonté de la nouvelle génération, les fils Paul et Patrick Klees, de moderniser l'entreprise et devenir une référence dans la Grande Région, favorisait la décision de construire un nouveau site plus spacieux. En 2001, les immeubles à Bonnevoie ont été vendus et en 2002 s'est terminé le nouveau site à Ehlerange, qui par sa vocation comme centre de service plutôt que magasin traditionnel, devrait répondre aux nouvelles exigences de la clientèle.

Les reprises en 2007 des activités de la société Genin S.A. en Belgique (Arlon) et Ferolux S.A. au Luxembourg représentent une autre étape importante dans la poursuite de la stratégie d'expansion de la maison Gilbert vers la Grande Région.

Voici l'évolution continue d'une maison traditionnelle luxembourgeoise, décrite à travers les siècles par l'histoire des hommes et femmes ayant dirigé le sort de la maison Gilbert.

nach oben